Présentation du colloque international

Du Sujet et de son absence dans les langues 

Université du Maine (Le Mans)
27-28 mars 2014

Dans le cadre de nos travaux au sein du laboratoire 3L.AM, nous nous intéressons à la notion de sujet, à la construction de la représentation de soi et aux modulations possibles de prise en charge.

Etant admis que la notion même de "sujet" relève de domaines variés, et qu'elle est diversement appréciée selon l'approche théorique linguistique adoptée, nous avons décidé d'y consacrer un colloque pour tenter de la saisir également à travers ses diverses formes de réalisation tout en prenant en considération également les cas d'effacement ou d'absence sur les plans syntaxique et/ou énonciatif.

 

Les propositions de communication doivent permettre de nous interroger sur les "problématiques" suivantes :

 Terminologie et Définitions :

— Sur le plan terminologique le choix même de ce terme peut être problématique ou ambigu. Quels domaines ou points de vue recouvre-t-il (logique, sémantique, syntaxe…)? Ces domaines sont-ils exclusifs ou complémentaires par défaut?

— Ses définitions reposent sur quelles propriétés définitoires?

— Comment le différencier d'autres dénominations (locuteur, énonciateur…) et selon quel plan d'analyse (phrase, énoncé, énonciation)?

 

De son utilité pour la description des langues : emplois / réalisations

— Cette notion de "sujet" est-elle pertinente ou adéquate pour la description des langues?

— Dans le cas des langues à marquage positionnel (place de l'argument sujet) ou à marquage "flexionnel" (particules affixées, relations casuelles…), cette notion recouvre-t-elle un même phénomène linguistique?

 

Les stratégies énonciatives : présence, effacement, absence

— La présence ou l'absence sont-elles imposées ou relèvent-elles d'un choix?

‑ S'il s'agit d'une contrainte, est-elle imposée par la langue (par ex. l'impératif…)?

‑ S'il s'agit d'un choix, quel est le but recherché (refus ou impossibilité de prise en charge, stratégie énonciative particulière, relation intersubjective, connaissances partagées, consensualié/discordance…)?

 — Comment l'effacement ou l'absence s'observent-ils quand il s'agit du sujet grammatical (présence vs absence d'un indice morphosyntaxique) et quand il s’agit du sujet énonciateur ou du sujet de l'énoncé ?

 — La contrainte ou le choix éventuel dépendent-ils d'un type de discours (discours rapporté, discours spécialisé, par ex. juridique, journalistique, politique, langage SMS…), et s'expriment-ils dans des types d’énoncés ou d'expressions particulières (constructions impersonnelles, clivées, modalisation, expressions lexicalisées…)

 

Conférenciers invités : Denis Creissels (Lyon II), Georges Kleiber (Strasbourg), Mary-Annick Morel (Paris III), Irène Tamba (EHESS), Marc Wilmet (Bruxelles)